Le jeune pilote réunionnais Enzo « fasty foxy » Hoarau démarre le deuxième volet de son programme 2022 de vitesse moto. Après le kickoff en ESBK (Championnat espagnol de Superbike), le saint joséphois s’attaque au sommet de la moto européenne. Direction Estoril pour le jeune surdoué de la vitesse moto française pour le lancement de la saison de CEV, ultime marche avant le monde professionnel.

Et maintenant l’Europe…

Le pilote réunionnais Enzo «fasty foxy» Hoarau bénéficie d’un double programme cette saison. Après une entame en pré-moto3 dans le cadre de l’ESBK, le saint joséphois de 13 ans démarre une campagne européenne dans le cadre du CEV. Avec un calendrier conséquent de 7 courses au programme, l’ETC évolue sur des circuits internationaux.

Le rookie évoluera donc dans le cadre d’une formule monotype. Les motos utilisées sont des Honda NSF250. Développées par HRC, ces bolides de plus de 50cv sont de véritables deux roues développés pour la compétition. Avec une vitesse maximale de plus de 265km/h sur les circuits les plus rapides, ces Moto3 demandent des techniques de pilotage spécifiques. Réputées particulièrement incisives, elles sont équipées de boite de vitesse à 6 rapports contrairement aux engins qu’Enzo a eu l’occasion de piloter jusqu’à présent. Pour être efficace, les pilotes doivent repousser leurs freinages le plus tard possible et réaccélérer très tôt. La vitesse de passage en courbe parait ainsi sacrifiée au profit d’un pilotage agressif et tendu.

Fasty Foxy aura là l’occasion de découvrir une nouvelle facette de pilotage après avoir fourbi ses armes dans les catégories Moto4 (2021) et pré-moto3 (2022) en ESBK.

Lors d’une séance de découverte de sa monture ETC, Enzo a également pu tester les Bridgestone (obligatoire) qui chaussent sa NSF. Le comportement de la moto est complètement différent de ses références habituelles et le jeune rookie devra s’accoutumer à un dribble nettement plus important que dans les catégories inférieures.

La piste d’Estoril sera le premier tracé auquel il sera confronté avec cette nouvelle machine. Le saint-joséphois a eu l’occasion de faire plusieurs tours sur ce tracé portugais uniquement en entraînement afin de prendre quelques repères.

«Cette série européenne est en quelque sorte l’antichambre du circuit pro,» exposait son management. «Enzo va y découvrir une nouvelle machine, de nouveaux concurrents, de nouveaux circuits et une nouvelle approche. Il s’agit de le confronter à un nouvel environnement pour mesurer sa vitesse d’adaptation dans la série la plus relevée en amateurs. Les postulants y sont redoutables d’expérience et une fois encore il y sera parmi les plus jeunes. Passage obligé pour tout pilote pro, le CEV est une véritable pépinière de jeunes talents scrutée par les agents et écuries pro.»

Write A Comment