Un jubilé, un cinquantenaire, une marque, un blason…jusqu’à devenir une légende toujours d’actualité! Le sigle M adossé à BMW est indéniablement une des références mondiales les plus connues … et reconnues.

Cette année, BMW M fête son cinquantenaire. C’est en effet le 1er Avril 1972 que la marque bavaroise est créée par la maison mère à l’hélice BMW. Filiale du groupe BMW, la marque BMW M (initialement BMW M Gmbh M pour Motorsport) est une société spécialisée dans la conception, la création et la fabrication de voitures dédiées au Grand Tourisme et à la compétition à partir des modèles de série de sa société mère.

Portée sur les fonds baptismaux le 1er Avril 1972, BMW M a en charge de répondre à une demande sans cesse croissante et un engouement pour le sport automobile. Initialement, M était donc le « département sport » de BMW. Structure restreinte d’une quarantaine d’employés hyper spécialisés dans la compétition à sa naissance, les premiers projets aboutissement dès 1973 avec la victoire en Formule 2 dans le Championnat des voitures de tourisme dans lequel elle s’impose sans interruption jusqu’en 1979.

La BMW M1 de Paul Walker

Néanmoins le choc pétrolier de 1973 aurait pu tuer le nouveau né M dès sa création. Il n’en fût rien, bien au contraire du fait d’un engouement croissant pour les voitures au caractère sportif affirmé. En 1978, la toute première création à vocation civile voit le jour: la M1 était née. Pour répondre aux exigences de la FIA, la production de 400 unités était obligatoire. Le nouveau né possédait des poumons ENORMES pour l’époque: un 6 cylindres en ligne de 3.5 litres de cylindrée revendiquant fièrement 272cv, un must à cette époque! BMW M1 affichait un 0-100km/h en 5s6 et une vitesse supersonique pour l’époque de 262km/h.

BMW M535i de 1979

Déraisonnable au possible compte tenu des contraintes techniques châssis de l’époque le département M revoit sa copie rapidement et propose la M535i E12 dérivée d’un modèle de série dès l’année suivante en 1979 donc.

BMW M635Csi, le première baptisée BMW M6 aux USA

Devant la demande sans cesse croissante de ces véhicules hyper spécialisés et orientés performances tout en conservant l’âme premium des voitures de série dont elles seront désormais dérivées, c’est au tour de la première BMW M6 (nom sur le marché US) d’être produite à partir de 1982 connue en Europe sous l’appellation M 635 CSi (M88). Le moteur était celui de la mythique M1 associé aux carrosseries de série. Désormais BMW M tenait sa cible: des préparations ultra voire hyper sport dans un look de voiture de série. Certes, certains appendices permettaient de souligner discrètement le caractère des munichoises mais l’essentiel était là: le confort et le niveau de finition d’une « classique » BMW avec un cœur créé de toutes pièces dans les ateliers dédiés aux sports mécaniques purs. Une cœur sportif dans un gant de cuir en somme!

La légendaire BMW M3 E30 pilotée par Sabir Gany victorieuse du Tour Auto 1989

Il manquait encore un modèle « accessible » au département. Ce sera chose faite à partir de 1986 avec la fabuleuse, survitaminée, reine des routes et des pistes, sa seigneurie BMW M3 la M3E30 dans sa première configuration (4 cylindres de 2.3l pour 200cv) développée initialement pour rouler en DTM. Avec un look ravageur pour tenir la cavalerie et les trains roulants de la belle, le succès de cette voiture emblématique des années 1980 fût tel que pas moins de 18.000 modèles furent produits et commercialisés. Un succès sans précédent. Les déclinaisons et évolutions des motorisations concernèrent désormais les séries 3, 5 et 6.

Moteur M6 E63 (2005 à 2010)

Avec des blocs de plus en plus gros et vitaminés, les motorisations M se sont diversifiées au fil des ans, partant vers des 6 cylindres pour revenir à des 4 et l’appel à la suralimentation. De génération en génération, le sigle M s’adapte aux nouvelles contraintes en adoptant des solutions techniques et technologiques souvent novatrices. Toits en carbone, usage de matériaux novateurs, BMW M ne recule devant rien pour proposer une voiture toujours efficace et agréable. L’essentiel reste le plaisir absolu: plaisir des yeux, plaisir de rouler, plaisir de piloter…

L’innovation se poursuivait en 2012 quand Ô sacrilège, BMW M était le premier constructeur premium sportif à oser s’attaquer au Diesel. La M550d était proposée et connaissait un succès inattendu sous les sourires parfois narquois et moqueurs des puristes. Néanmoins, la firme bavaroise tapait juste encore une fois et permettait un niveau d’expertise et de connaissance quant aux évolutions possibles notamment en vue d’équiper les modèles X qui deviendraient une décennie plus tard les carrosseries les plus courtisées.

Un niveau d’expertise et de vérification optimum DR

Aujourd’hui BMW M compte plus de 600 salariés avec un savoir faire incomparable. Nombre de ces salariés travaillent dans les mêmes usines que les celles des modèles de série dont ils sont issus. Ainsi chaque usine dispose de son propre département M. Les vraies modèles estampillés M sont suivis du sigle de la série. Ainsi la préparation moteur spécifique dont nombre d’éléments sont toujours montés manuellement et bénéficiant de tests très poussés sont repérables au numéro de la série: le sigle M3 désigne l’absolu de la marque, le « simple » symbole M estampille des modèles modifiés dotés de trains roulants et d’une transmission améliorés, d’appendices aérodynamiques, de sièges et d’un volant sport mais sans modification moteur.

Toujours tourné vers le savoir faire historique jumelé avec les dernières innovations, la BMW M8 est attendue hybridée avec une cavalerie de plus de 800 chevaux….de série!

Bon anniversaire!

Write A Comment