Est-ce une volonté de certains de relativiser la performance absolue de Sébastien Loeb? Tout le week end nous avons entendu régulièrement que la Ford Puma était la meilleure voiture du plateau…Nous nous sommes donc intéressés aux différentes variables. Une seule certitude à l’issue de ces données: la Hyundaï est la moins bien née de la nouvelle génération de voitures.

Tout d’abord, il convient de relativiser et contextualiser un résultat brut. Avec un total de 9MT, la Yaris Rally1 se classe très clairement comme la plus efficiente. Ford aligne 7MT et Hyundaï un seul. Par ailleurs, il convient de raisonner en terme d’ensemble team/voiture/équipage. A ce petit jeu, Toy’ et Ford partent avec un temps d’avance puisque comptant dans leurs rangs pas moins de 17 titres de champions du monde depuis 2004 en activité (Ford 9 avec Loeb, Toyota 8 avec Ogier et Hyundaï 1 avec Tanak). Un des points les plus importants lors de l’introduction d’une nouvelle technologie reste le travail de mise au point avec les équipes d’ingés et les différents pilotes se succédant derrière le volant. Enfin les réglages définis en vue d’un rallye aussi exigeant que le Monté reposent en grande partie sur l’expérience. A ce titre, au départ de l’épreuve avec 8 succès pour Ogier et 7 pour Loeb (puisqu’il convient de retrancher la victoire au chrono de 2002), les deux écuries ont pu compter sur une expérience inégalable.

Loeb/ Galmiche Ford Puma Rally1

Enfin, du fait de la multiplicité des disciplines auxquelles a participé Loeb (WRC,XE, WEC, W2RC) et des voitures si différentes dans lesquelles il est monté ne serait-ce qu’en rallye, le patron est clairement le plus affûté. Seb Loeb est réputé depuis toujours être fin metteur eu point et disposant d’un charisme unique lui permettant l’adhésion de ses différentes équipes. Le nonuple champion WRC (+1 titre JWRC en 2001) est celui qui a su définir parfaitement les réglages nécessaires et a pu se mettre en action immédiatement la journée de Samedi. Ogier, bien qu’ayant signé les scratch le soir d’ouverture aura souffert lors de la plus longue étape le Vendredi. Sans assistance à mi-journée permettant d’intervenir en profondeur sur la voiture, il lui aura fallu attendre la journée de Samedi pour avoir les moyens de se battre.

Autre solution pour juger du potentiel intrinsèque des voitures: retrancher les perfs des deux seuls leaders, véritables extra terrestres de la discipline. A ce petit jeu, le bilan est sans appel cette fois. Toyota aligne 11MT des « hors Sebs », Ford 3 à égalité avec Hyundaï. En ce qui concerne les pilotes, Elfyn Evans aligne 7MT devant Rovanpera (4MT), Greensmith et Neuville (2MT) et enfin Tanak et Breen, 1MT chacun.

Ogier/Veillas Toyota Yaris Rally1

Pour conclure, Toyota semble très clairement disposer du meilleur ensemble Team/voiture/équipages avec la YarisRally1 mais Ford est « revenu dans le game » avec sa nouvelle PumaRally1. En ce qui concerne Hyundaï, les motifs d’inquiétude sont réels avec de nombreux soucis de fiabilité inexpliqués qui ne concernent pas que le bloc hybride. La performance pure n’est pas non plus au rendez-vous. Néanmoins, cette nouvelle génération de voitures, véritables prototypes conçus exclusivement pour la course n’en est qu’au tout début de son évolution. Comme nous l’avons signalé, le niveau de performance du Monté n’est pas représentatif de ce que ces Rally1 seront en fin de saison. Les possibilités de modifications électroniques sont figées durant 3 épreuves et il faudra attendre le très rapide Rallye de Suède pour confirmer (ou pas) ces premiers éléments d’analyse. Enfin, la réglementation permettra des adaptations d’électronique uniquement à compter du Portugal.

Neuville/Wydaeghe Hyundaï i20Rally1

Write A Comment