La 90° édition du Rallye de Monte Carlo ouvrira une nouvelle saison de WRC placée sous le signe de l’ultra nouveauté. C’est en effet à l’occasion de la manche monégasque que les équipages découvriront en conditions course la nouvelle génération de voitures de rallye. Désormais hybridées, les WRC1 auront fort à faire sur une des manches les plus complexes à aborder. Changements de revêtements, changements météo et passage d’un flanc de montagne à un autre seront autant de contraintes pour les 75 engagés.

Pour amoindrir la découverte de nouveaux bolides, l’organisateur ACM a misé sur un parcours concentré avec un parc d’assistance unique basé sur le rocher. Bonne nouvelle pour les concurrents qui auront ainsi éviter cette année l’interminable liaison entre Gap et Monaco.

(c) ewrc-results.com

Une des nouveautés de cette édition 2022 reste que chacune des quatre étapes au programme seront avalées d’un trait par les équipages sans le traditionnel passage par l’assistance pour une pause méridienne. La fiabilité des voitures nouvelle technologie sera une des clés de la réussite et hormis de possibles changements pneumatiques à mi-journée, les équipages devront se débrouiller avec les moyens du bord. Sacré challenge!

Le kick off 2022 propose un peu moins de 300km face à la montre avec une entrée en matière inédite qui sera la nuit du Turini. Intégralement disputées en nocturne, les deux tracés au programme développent 38km45 face à la montre dans l’arrière pays avec La Bollène-Vésubie et Lucéram-Lantosque particulièrement touchées par les intempéries dans le sillage d’Alex début Octobre.

Turini 1985 credit VHS Autovidéo

La deuxième étape comporte 6 épreuves de vitesse pour un total de 97km86 face au chrono. C’est dans le prestigieux environnement du Mercantour au Nord des Alpes Maritimes que les rescapés disputeront deux boucles de trois tracés en conditions diurnes. Cette deuxième journée sera la plus longue des quatre jours de course.

C’est dans les Alpes de Haute Provence que la journée de Samedi se déroulera avec 5 épreuves de vitesse pour 92km46 de course. Tracées autour de Digne les Bains, les spéciales proposent un éventail très large de toutes les difficultés possibles. Avec de réels changements de rythme, et des conditions d’adhérence parfois précaires, tout pourra basculer àç tout moment comme c’est de coutume lors du Monté.

Enfin, l’étape dominicale propose 4 spéciales en deux boucles pour un total de 67km26 en conditions course. Avec une toute nouvelle spéciale et l’autre très récente puisqu’introduite l’an passé, les équipages ne pourront se reposer sur leurs certitudes d’autant que l’ultime secteur chronométré sera bonifié comme toute power stage.

credit Honza Fronek pour ewrc-results.com

Au total, ce Rallye de Monté Carlo présente 296km03 de course en 17 chronos (10 tracés différents) soit une moyenne de 17km41 par spéciale. La Bollène Vésubie (ES2) est le plus long tracé avec 23km25 le premier soir. Le plus court est Guillaume Péone (ES4/7) avec 13km49 en cours de deuxième étape. Avec un rythme toujours intense et des conditions météo susceptibles d’évoluer d’un versant à l’autre, le tout sans assistance à mi journée, ce 90° Monté sera un sacré morceau. Compte tenu de l’introduction de la nouvelle technologie hybride, cette épreuve devrait être un révélateur des forces en présence et du travail accompli par les équipes de développement. Avec des casinos tous plus connus et courus les uns que les autres, Monaco pourrait bien devenir une véritable roulette pour les équipages tant le nombre de variables est important.

Write A Comment